Depuis aussi loin que je me souvienne j’ai toujours dessiné. Je m’exprimais à travers mes dessins, en me basant énormément sur l’observation de mon environnement : la nature, la faune et la flore. Ce qui caractérise mon art est la vie que j’essaie toujours d’insuffler dans chacun de mes personnages ainsi que mon choix d’une palette de couleurs très vives ! 

C’est lors de mon premier visionnage de Princesse Mononoke que j’ai commencé à réfléchir à mon avenir. À l’âge de 12ans, je voulais me spécialiser dans l’animation. À la suite de cette expérience, qui fut probablement un moment clef de ma vie, je me suis intéressée à toute la culture japonaise. Et j’ai eu beaucoup de chance car en France nous étions en pleine expansion de la japanimation, des mangas etc. Le Japon m’a toujours inspirée, même si ça ne se voit pas forcément dans mes œuvres, sa culture fait partie de ma vie !

Je n’ai donc jamais cessé de dessiner en autodidacte jusqu’à mon bac, puis j’ai enfin sauté le pas à mes 18ans et me suis lancée dans des études d’art. Mon école était très académique et j’ai pu découvrir une multitude de modes d’expressions (gouache, aquarelle, pastel, sculpture, animation, etc.). Ce parcours m’a permis de comprendre que ce que j’aime dans le dessin n’est pas l’art du mouvement mais bien l’art de la représentation : En une image, tout raconter ! Le travail des couleurs, autant que la justesse du trait, tout me plaît ! 

Malheureusement mes études n’ont pas aidé à mon épanouissement personnel et plus j’avançais, plus j’avais de doutes et d’incertitudes sur mon avenir. Dessiner c’est bien mais savoir se « vendre » c’est aussi très important dans le monde du travail. À la fin de mes études j’ai vécu un moment très marquant dans ma vie qui a comme suspendu mon évolution. Puis quelques temps plus tard et l’envol du nid fait j’ai tenté ma chance. L’accueil ne fut pas mémorable et je me suis tournée vers un autre domaine pour ajouter quelques cordes précieuses à mon arc : la vente !

Quoi de mieux quand on est timide que de se confronter tous les jours à des personnes diverses et variées parlant différentes langues ? Je me suis étonnamment débrouillée, et je remercie toutes les personnes qui ont cru en moi et m’ont fait confiance jusqu’à présent car depuis peu et grâce à ce parcours atypique, je remets un (tout petit) pied dans le projet de ma vie : être illustratrice et vivre de mon art !

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *